L’eau rouge // roman noir croate

Silva et Mate sont jumeaux. Un soir, lors d’une fête dans leur petit village, Silva disparaît. A partir de ce moment, c’est toute l’histoire de la Croatie qui va se dérouler sous nos yeux par le prisme des personnages liés de près ou de loin à cette disparition. L’auteur réussit à ne jamais nous perdre dans cette enquête qui n’en finit plus, où même la police a baissé les bras, plus occupée à tenter de gérer les soubresauts et les raz de marées de l’effondrement de la Yougoslavie. Plus qu’un roman noir, ce roman nous emmène dans l’intimité des personnages qui vivent les grands moment historiques. La disparition de Silva plonge chacun des personnages de sa vie dans une non-existence, comme si le privé était la cause des événements politiques et que cette disparition était un signe insurmontable, l’effondrement d’un monde. Le parallèle ainsi mis en récit de la disparition de Silva et des transformations de la Croatie, nous emporte et nous tient en haleine. Ce roman est aussi celui des paysages croates, l’aridité des terres qui bordent la mer, les falaises balayées par les vents qui semblent refléter le caractère « minérale » des hommes et des femmes de Misto.

L’Eau rouge, Jurica Pavicic, Agullo, 22€