Archives de catégorie : Polar et Imaginaire

L’Île des âmes // Polar italien

LE polar de ce début d’année 2021 ! Deux inspectrices que tout oppose ou presque, doivent collaborer pour résoudre une série de meurtres rituels. L’enquête s’accélère quand une nouvelle jeune femme disparaît. Aider par un ancien flic à la retraite, rongé toute sa carrière par les deux précédents meurtres, elles devront avoir les tripes bien accrochées et un mental d’acier pour encaisser une telle affaire. Ce roman nous emporte dans les paysages exceptionnelles de la Sardaigne sauvage, entre mer et terre, au plus sombre de son histoire. On voit ressurgir les plus anciens mythes et traditions de la première société sarde, la culture nuragique. Un polar passionnant, époustouflant, une écriture splendide qui nous plonge au cœur de la Sardaigne ! Essayez, vous ne pourrez plus le lâcher !

L’Île des âmes, Piergiorgio Pulixi, Gallmeister, 25,80€

 

De cendre et d’or // Polar australien

Une chasse au trésor qui se transforme en une course poursuite avec un feu de brousse et une découverte macabre… Voici le début de ce polar ! Taylor Bridges, un ranger abîmé par la perte de sa fille, mènera l’enquête en plein milieu des plaines d’Australie, balayer par les vents et les feux dévastateurs. La nature aride nous plonge dans une atmosphère étouffante, où les personnages se débattent. Un excellent polar plein de suspens !

 

De cendres et d’or, B. Michael Radburn, Seuil, 21,50€

L’eau rouge // roman noir croate

Silva et Mate sont jumeaux. Un soir, lors d’une fête dans leur petit village, Silva disparaît. A partir de ce moment, c’est toute l’histoire de la Croatie qui va se dérouler sous nos yeux par le prisme des personnages liés de près ou de loin à cette disparition. L’auteur réussit à ne jamais nous perdre dans cette enquête qui n’en finit plus, où même la police a baissé les bras, plus occupé à tenter de gérer les soubresauts et les raz de marées de l’effondrement de la Yougoslavie. Plus qu’un roman noir, ce roman nous emmène dans l’intimité des personnages qui vivent les grands moment historiques. La disparition de Silva plonge chacun des personnages de sa vie dans une non-existence, comme si le privé étaient la cause des événements politiques et que cette disparition était un signe insurmontable, l’effondrement d’un monde. Le parallèle ainsi mis en récit de la disparition de Silva et des transformations de la Croatie, nous emporte et nous tient en haleine. Ce roman est aussi celui des paysages croates, l’aridité des terres qui bordent la mer, les falaises balayées par les vents qui semblent refléter le caractère « minérale » des hommes et des femmes de Misto.

L’Eau rouge, Jurica Pavicic, Agullo, 22€

Les lumières de Tel Aviv // Anticipation française

Tel-Aviv, dans un futur proche. Les ultrareligieux se sont emparés de Jérusalem. Derrière le mur-frontière, Tel Aviv résiste. La communauté qui y vit tente de construire le dernier bastion du monde à prôner le respect de tous, des croyances, des genres, des cultures. Car tous les pays du monde entier ce sont recroquevillés sur eux mêmes. Mais le Grand Jérusalem menace. Allié à la Russie, le gouvernement active des robots tueurs sur la frontière pour dissuader les hommes et les femmes de passer le mur qui les mènerait vers la débauche et l’insoumission. Dans ce roman choral, nous suivons des personnages qui résistent, qui s’interrogent sur le bien fondé de leurs croyances, qui remettent en question leurs savoirs, leurs habitudes. Pleins d’espoirs, ils tentent de se rejoindre enfin. Ce roman est aussi un magnifique roman d’amour, où l’amour des femmes et des hommes est bien plus fort qu’un mur, où l’amitié survit à tout et prouve sa puissance face à l’adversité dictatoriale avec pour arme la liberté et la solidarité. Alexandra Schwartzbrod place son roman dans un futur proche qui n’est pas sans rappeler aujourd’hui et propose Tel-Aviv comme bastion de résistance au monde redonnant au Moyen-Orient une image humaine et solidaire. Un excellent roman !

Les Lumières de Tel-Aviv, Alexandra Schwartzbrod, Rivages, 9.20€

Ecotopia // Science-fiction américaine

Les états de Washington, de l’Oregon etc e la Californie ont fait sécession des Etats-Unis pour créer une nouvelle société écologique. Le narrateur est le premier journaliste américain à passer la frontière d’Ecotopia pour un reportage inédit. Au travers de ses articles et de son journal, il nous raconte son expérience.Tout y passe :l’économie, les transports, la culture, les relations humaines. Au travers de ses observations, le narrateur dessine une société utopiste réaliste qui nous invite à croire à cette possibilité de société. Un bol d’air pour les sceptiques et les pessimistes et qui vous donnera du grain à moudre pour réfléchir vos propres conceptions utopistes.
Ecotopia, Ernest Callenbach, Folio, 9.20€

Outresable // Science-fiction américaine

Dans un univers post-apocalyptique, le sable a tout recouvert. Il continue à s’insinuer dans chaque interstice mettant en péril la vie des habitants. Une communauté résiste plus que les autres : les plongeurs. Outresable raconte l’histoire d’une famille, abîmée par la survie, qui tente de se protéger malgré les épreuves. Hugh Howey signe un roman haletant, suffocant, à la lecture duquel le lecteur sent le poids du sable au dessus de sa tête. Les personnages sont lumineux, malgré un environnement aride d’espoirs. Un roman d’une grande originalité.

Outresable, Hugh Howey, Actes sud, Babel, 8.60€

 

Joueuse // Polar français

Zack et Baloo, joueurs de poker, écument les bars lugubres et hangars discrets pour détrousser leurs adversaires en se composant des personnages qui déstabilisent même les meilleurs. Lors d’une partie ils font la connaissance de Maxine : joueuse de poker, jolie blonde intrépide qui évolue dans un milieu ultra-sexiste. Elle leur propose une alliance, avec à la clé un gros paquet d’argent. Un roman trépidant et jubilatoire, où l’on croise un justicier suicidaire, une jeune femme en quête de vengeance, un beau gosse incapable d’aimer, un gamin surdoué à la recherche d’attaches, et des lourdauds sexistes qui vont déguster ! Bien plus que de l’argent, ce sont des vies qui se jouent dans cette partie de poker. Grandiose !

Joueuse, Benoît Philippon, Les Arènes, 7.90€

Par delà la pluie // Roman noir espagnol

Victor del Arbol passe du polar au roman noir en plongeant au plus profond de l’âme humaine et de ses tourments. Un grand roman entre le Maroc, l’Espagne et la Suède, des personnages en quête de sens, qui ont en commun des cicatrices d’enfance encore brûlantes. Des individus qui malgré la vieillesse, la maladie, la violence ou la prostitution ont la rage de vivre.

Par-delà la pluie, Victor del Arbol, Actes sud, 9.90 €

L’arbre aux morts // Polar américain

Avec ce deuxième volet de sa trilogie, Greg Iles tient encore davantage son lecteur en haleine et sur 900 pages ! L’auteur mêle de manière grandiose la fiction aux heures les plus sombres de l’Histoire américaine : la lutte pour les droits civiques mais surtout l’horreur de la haine blanche face à cette revendication. Il entrelace le passé au présent, montrant comment les exactions commises hier se balancent au-dessus de la tête des bourreaux, comme une épée de Damoclès. On croise dans ce roman toute la faune criminelle du Sud des États Unis : les flics véreux, une branche du KKK, des politiciens corrompus, une mafia de la drogue, qui tous s’entraident ou font affaire. Le style et l’intrigue sont génialement efficaces et l’on se surprend à dévorer ce pavé. Avec ce roman policier très cinématographique, Greg Iles nous plonge au centre des événements et nous tient à sa merci, en attendant le troisième tome de la trilogie.

L’arbre aux morts, Greg Iles, Actes sud, Babel, 11.90€

Traverser la nuit // Polar français

Hervé Le Corre délaisse le roman noir historique pour nous plonger au coeur de ce qui semble être la plus noire des époques : la nôtre. Un homme qui tue une femme et trois enfants à coups de couteau, des cadavres de femmes assassinées… Au milieu de ce chaos, un flic incapable de parler, qui ne sait plus trouver le chemin des mots, devenu taiseux par nécessité comme une dernière barrière au désespoir. Et une femme qui ne tient plus debout que pour son fils. Traverser la nuit est un des romans les plus noirs d’Hervé Le Corre. Le style même de l’auteur berce cette noirceur comme pour mieux la réveiller à l’esprit du lecteur.

Traverser la nuit, Hervé Le Corre, Rivages, 20.90€