Archives par étiquette : histoire de vie

Manifesto // Littérature française

Manifesto valse avec la mort. Et la mort valse avec l’art. Leonor de Recondo raconte les derniers instants de son père, s’essoufflant petit à petit après une longue maladie. Ce texte est d’une grande beauté. Il s’en dégage une tendresse émouvante, une volonté de voir la vie comme elle est, de rendre compte d’une vie, moments après moments, comme les souvenirs remontent à la surface de la mémoire. Il y a une certaine lucidité face à la vie qui s’échappe. C’est, incontestablement, un livre d’amour qu’offre à lire Leonor de Recondo, amour qui est le prolongement d’une vie.

Manifesto, Leonor de Recondo, Sabine Wespieser, 18€

Café lecture // Vendredi 15 février à 19h

Des livres, un thé bien chaud, et surtout des discussions passionnées autour de vos lectures ! Nous partirons sur les traces de l’enfance et de l’adolescence, en route vers l’âge adulte.

 
Rendez-vous vendredi 15 février à 19h.

 
Gratuit, sur réservation.

 

 

 

  • Le dernier fleuve, d’Hélène Frappat, Actes sud, 20€

À travers l’épopée de deux jeunes frères solitaires aux origines mystérieuses, enfants sauvages littéralement surgis du paysage, et dans les plis d’un puissant et fantasmatique fleuve de fin du monde, une variation intemporelle autour d’«Huckleberry Finn». Une fugue initiatique qui échappe à tous les genres qui l’irriguent : roman d’aventures, récit d’avant la nuit, fable écologique, parabole quasi-biblique, cauchemar fantastique… Un retour à l’innocence de la narration. L’enfance de l’art.

 

  • Âpre cœur, de Jenny Zhang, Editions Picquier, 22€

Elles ont 7 ou 9 ans à New York. Elles partagent des lits à punaises et des parents chinois qui luttent chaque jour pour les nourrir, leur payer l’école et les faire grandir dans le rêve américain. C’est leurs voix qui nous parlent, spontanées, crues, bouleversantes, elles racontent une enfance dans les marges, le racisme et la violence quotidienne, et l’amour immense des parents qui les protège et les étouffe. C’est ainsi qu’elles apprennent à sortir de l’enfance avec une audace et une soif de vivre qui éclatent à chaque page.

 

 

  • Sans Silke, de Michel Layaz, Editions Zoe, 16€

Silke, 19 ans, se retrouve préceptrice de la petite Ludivine dans une maison de maître en pleine nature. Embrasser les arbres, apprendre à voler comme les oiseaux, dormir à la belle étoile… neuf mois durant, toutes deux vivront côte à côte dans un monde onirique, en marge des parents de Ludivine, absorbés par leur relation exclusive. On retrouve dans ce texte la fascination de Layaz pour l’enfance et sa mystérieuse innocence.

 

 

  • La vie des elfes, de Muriel Barbery, Folio, 7,90€

La vie des elfes raconte l’histoire de deux fillettes aux pouvoirs surnaturels, liées par une destinée commune. Elles ne se connaissent pas, et pourtant chacune, par des biais différents, est en contact avec le monde des elfes – monde de l’art, de l’invention, du mystère, mais aussi de l’osmose avec la nature, qui procure à la vie des hommes sa profondeur et sa beauté. Maria, la petite bourguignonne, peut parler aux arbres et aux animaux, et semble semer bonheur et prospérité sur son chemin. De son côté, Clara vit à Rome afin de développer son don pour la musique, qui lui permet de lire autant les partitions que les âmes. Mais une grave menace pèse sur l’espèce humaine. Mais que peut l’innocence de l’enfance contre l’avidité des puissants ?

 

 

  • Jeu Blanc, de Richard Wagamese, 10/18, 7,50€

Cloîtré dans un centre de désintoxication, Saul Indian Horse a décidé de raconter son histoire : son enfance au coeur du Canada, rythmée par les légendes ojibwées, la récolte du riz et la pêche ; son exil à huit ans avec sa grand-mère, suite à un hiver particulièrement dur ; son adolescence, passée dans un internat où des Blancs se sont efforcés d’effacer en lui toute trace d’indianité. C’est pourtant au coeur de cet enfer que Saul trouve son salut, grâce au hockey sur glace. Mais c’est sans compter le racisme qui règne dans le Canada des années 1970, même au sein du sport national.

 

 

  • Summer, de Monica Sabolo, Le Livre de Poche, 7,40€

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer Wassner, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ?

 

Rencontre avec Marie Sabine Roger // Vendredi 7 décembre à 19h30

Venez découvrir la romancière, à la plume détonante et singulière, Marie Sabine Roger ! Nous parlerons de son nouveau roman « Les Bracassées », un roman drôle, plein d’humanité et d’amitié qui raconte la rencontre entre deux femmes marginales, qui tentent tant bien que mal de vivre leur différence.

 

 

« Fleur et Harmonie : les prénoms des deux héroïnes du roman de Marie-Sabine Roger sont, disons… un peu trompeurs. Car Fleur, âgée de 76 ans, est une dame obèse et phobique sociale. Et Harmonie, 26 ans, est atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette. En clair, son langage est ordurier et elle ne peut retenir des gestes amples et violents. Bientôt rejointes par une bande de « bras cassés » émouvants et drôles, elles vont nous entraîner dans une série d’aventures. Ce roman profondément humaniste donne une vision positive de la différence, refusant le regard excluant et prônant la chaleur du collectif.  »

 

 

 

Joe Shuster ; un rêve américain // roman graphique

Ce roman graphique est un portrait de M. Shuster, grand illustrateur américain qui a créé avec un ami, le personnage de Superman, et par la même occasion créé le comics de super héros. Ils ont rendu populaire la bande dessinée aux États-Unis. Mais c’est aussi le portrait d’une époque et de toute l’industrie du comics, avec des détails historiques particulièrement précis.

Joe Shuster ; un rêve américain, Julian Voloj et Thomas Campi, Urban Graphics, 17,50€

Ueno Park // roman ados

Huit personnages, huit histoires et autant de portraits du Japon perdu dans la modernité. Ces personnages cherchent une identité, ou à s’affirmer dans une société où la différence est mal acceptée. Il se croiseront tous au Ueno Park pour Hanami, la fête des fleurs réconciliatrice. Antoine Dole, en virtuose écrivain des sentiments, sonde les identités chancelantes de ses personnages et offre aux lectrices et aux lecteurs un texte poignant et d’une grande beauté !

Ueno Park, Antoine Dole, Actes sud junior, 13,50€