Archives par étiquette : café-lecture

Café-lecture // Vendredi 14 décembre à 19h

Appartenir à la terre

 

 

Des livres, un thé bien chaud, et surtout des discussions passionnées autour de vos lectures ! Nous vous donnons rendez-vous autour d’un thème : “Appartenir à la terre”. Ce thème interroge notre rapport à l’écologie et à la planète terre mais également à l’appartenance culturelle ou familial à un territoire.
Rendez-vous vendredi 14 décembre à 19h.
Gratuit, sur réservation.

 

 

  • Ecotopia, d’Ernest Callenbach, Éditions Rue de l’échiquier, 19€
    Trois États de la côte ouest des États-Unis décident de faire sécession et de construire, dans un isolement total, une société écologique radicale baptisée Écotopia. Vingt ans après, l’heure est à la reprise des liaisons diplomatiques entre les deux pays. Écotopia ouvre ses frontières à un journaliste américain. Au fil de ses articles envoyés au Times-Post , William Weston décrit tous les aspects de la société écotopienne. Quant à son journal intime, il révèle le parcours initiatique qui est le sien ; d’abord sceptique, voire cynique, William Weston vit une profonde transformation intérieure.

 

  • Les Jours de silence, de Phillip Lewis, Belfond, 22€
    Henry Aster s’était fait une promesse : ne jamais remettre les pieds à Old Buckram, son village natal perdu dans la vallée des Barrowfields, lui, l’amoureux des livres, l’apprenti écrivain. Pourtant, ses pas le reconduisent inexplicablement vers le foyer familial et vers sa mère vieillissante… Pour installer sa famille, Henry jette son dévolu sur une demeure fascinante, toute de verre et d’acier, que l’on prétend affligée d’une terrible malédiction, où il semble trouver le lieu rêver pour écrire le grand roman de sa vie. Mais le jour où sa mère disparaît, Henry plonge dans un puits sans fond de chagrin. Déstabilisé devant la figure paternelle ébranlée, Henry Junior, son fils, se met en quête de tous les stratagèmes possibles pour réveiller l’âme révolutionnaire de son père, prisonnier de la demeure familial.

 

  • Dans la forêt, de Jean Hegland, Éditions Gallmeister, 9,90€
    Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au coeur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses.

 

  • La Vallée seule, d’André Bucher, Le mot et le reste, 8,90€
    Tout commence aux premières heures de l’hiver, quand la vallée revêt son manteau de neige, cristallisant les formes, les sons et la vie elle-même. Ici, rien ne se décide sans l’accord tacite de la Nature qui impose, non sans magie, ses règles et ses caprices. Dans ce décor, des histoires et des vies se font et se défont au rythme des saisons. Tous les personnages sont intimement liés au milieu qui les entoure, comme au vieux cerf, animal mythique symbolisant la relation que chacun entretient avec la vallée.

 

  • Avant que naisse la forêt, de Jerôme Chantreau, Pocket, 6,95€
    Elle vivait là. Seule. Au milieu des bois. Libre ou prisonnière ? Sa mère. Sa mère dont les cendres reposent désormais dans une urne, entre ses mains. Mais Albert ne peut se résoudre à partir. Reprendre sa vie parisienne, loin de cette maison, de cette forêt, de la Mayenne où il prend ses racines. Les voix du passé l’obsèdent et l’ensauvagent.

 

  • Sanderling, Anne Delaflotte Mehdevi, Gaïa Éditions, 12€
    En voyage dans les étendues du Grand Nord, Landry s’attarde. Ses collègues paysans sont déjà rentrés et ont repris le rythme des cultures. À part la terre, rien n’attend Landry au pays. Et la terre, qu’attend-elle de lui ? Lorsqu’il rentre au bercail, c’est avec des envies de changement. Mais un nuage de cendres s’épaissit dans le ciel, annonciateur de bouleversements bien plus grands, pour l’homme comme pour le sanderling, un oiseau migrateur que Landry guette comme on espère le retour des saisons.

 

Café-lecture // Vendredi 9 novembre à 19h

Pour ce premier café-lecture, nous nous retrouverons autour d’une sélection de romans de la rentrée littéraire. N’oubliez pas de réserver !

Et voici la liste :
– Un monde à portée de main, Maylis de Kerangal, Verticales, 20€
– Chien-Loup, Serge Joncour Flammarion, 21€
– A son image, Jerôme Ferrari, Actes Sud, 19€
– Frère d’âme, David Diop, Seuil, 17€
– Ca raconte Sarah, Pauline Delabroy Allard, Minuit, 15€
– La vraie vie, Adeline Dieudonné, L’Iconoclaste, 17€
– Dix-sept ans, Eric Fottorino, Gallimard, 20,50€
– Lèvres de pierre, Nancy Huston, Actes Sud, 19,80€
– Les Bracassés, Marie-Sabine Roger, Le Rouergue, 20€
– La tête sous l’eau, Olivier Adam, Robert Laffont, 16€
– Roissy, Tiffany Tavernier, Sabine Wespieser, 21€
– Omar et Greg, François Beaune, Nouvel Attila, 17€
– Isidore et les autres, Camille Bordas, L’Iconoclaste, 19,90€
– Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives, L’Arbalète, 17€
– L’hiver du mécontentement, Thomas B. Reverdy, Flammarion, 18€
– En nous beaucoup d’hommes respirent, M. A. Murail, L’Iconoclaste, 20€
– Le grand Nord-Ouest, Anne-Marie Garat, Actes Sud, 21,50€
– Et j’abattrai l’arrogance des Tyrans, M-F. Albecker, Forges de Vulcain, 18€
– Tous les hommes désirent naturellement savoir, N. Bouraoui, Lattès, 19€
– Là où les chiens aboient par la queue, Estelle-Sarah Bulle, Liana Levi, 19€

– Arcadie, Emmanuelle Bayamack-Tam, P.O.L, 19€