Mangeterre // Littérature argentine

Mangeterre, on la surnomme aussi la sorcière. De La terre, qu’elle glisse dans sa bouche, elle tire visions, intuitions, elle parle aux morts : le don maudit, d’une gamine paumée parmi les maisons délabrées et les caravanes. L’écriture brute, caillouteuse comme une terre pauvre, attrape le lecteur et l’ensorcelle. Mangeterre la maudite est aussi celle qui vient en aide aux mères désespérées de ne pas voir revenir leurs filles, leurs sœurs, leurs mères. Pour ce premier roman, Dolores Reyes frappe fort et fait mouche.
Mangeterre, Dolores Reyes, L’Observatoire, 20€