Archives de catégorie : Passées

Rencontre La Mer salée // Mardi 14 mai à 19h30

Venez découvrir cette belle maison d’édition engagée qui milite pour l’exploration d’alternatives de vie, d’économie, de vivre ensemble. Yannick Roudaut commencera par une conférence autour de l’écologie puis vous racontera l’aventure de la maison d’édition au militantisme écologique porté par différents genres et impliquée dans une démarche éditoriale éthique et soucieuse de l’environnement.

 

Gratuit, sur réservation.

 

 

 » La Mer Salée est une invitation à explorer un monde nouveau. Après plusieurs années dans l’exploration et l’accompagnement vers de nouveaux modèles soutenables, nous avons eu envie de créer cette maison d’édition. Elle est née de notre envie de partager des réflexions, des expériences, nos utopies et celles de personnes que nous rencontrons, auxquels nous avons envie de donner la parole. Nous travaillons de manière très proche avec nos auteurs. Nous les accompagnons pour les aider à délivrer ce qu’ils ont de précieux à apporter à la réflexion collective pour un monde meilleur. Nos livres s’adressent aux citoyens et aux organisations (entreprises, collectivités, associations) tentés d’expérimenter de nouvelles voies soutenables, désirables et réalisables. Ils s’adressent à ceux qui ont décidé de ne pas se laisser porter par les vents dominants ; à ceux qui sont prêts à opter pour une route certes moins balisée, mais tellement plus enthousiasmante. Pour penser et agir autrement. Parce que nous avons jeté l’ancre à Nantes, nous attachons une attention particulière à promouvoir les acteurs économiques locaux. Tout est fait à moins de 5 kilomètres. Nos livres sont composés par la société PCA à Rezé. Ils sont imprimés en périphérie de Nantes par Val PG engagée sur les questions sociétales et environnementales. Nos couvertures sont conçues par des directrices artistiques nantaises Caroline Prouvost, Florence Boudet et Marie Rébulard. Presque une histoire de famille… »

 

 

Café lecture // Vendredi 10 mai à 19h

 

 

Pour notre prochain café lecture nous nous retrouverons autour des romans de la fuite. Fuite vers l’avant ou retour en arrière, une courses pour mieux se retrouver.

 

Rendez-vous Vendredi 10 mai à 19h

Gratuit, sur réservation. 

 

Ma Reine, Jean-Baptiste Andrea, Folio, 7,40 €
Shell n’est pas un enfant comme les autres. Il ne va plus à l’école et vit seul avec ses parents dans leur station-service. Ses parents envisagent de le placer dans un institut spécialisé. Il décide alors de partir à la guerre pour devenir un homme. Mais lorsqu’il arrive sur le plateau, seuls se déploient les odeurs de maquis et un profond silence. Une silhouette, comme un souffle, surgit devant lui. Cette fille du vent, qui lui demande de l’appeler « ma reine », c’est Viviane. Avec elle, tout s’invente. Il décide d’obéir à sa reine comme on se jette du haut d’une falaise. Par amour. Par jeu. Et insouciance.

 

 

Underground railroad, Colson Whitehead, Le Livre de poche, 8,20 €
Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Lorsque Caesar lui propose de s’enfuir pour gagner avec lui les États libres du Nord, elle accepte. De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves, elle fera tout pour conquérir sa liberté.

 

Personne ne disparaît, Catherine Lacey, Babel, 8,50 €
Du jour au lendemain, Elyria quitte tout. Direction la Nouvelle-Zélande, et la chambre d’amis vaguement offerte par un vieux poète reclus, rencontré lors d’une soirée littéraire à New York. Course poursuite intime sur fond de bout du monde, le récit de cette fugue mal barrée est celui de la douloureuse déception d’être soi et d’une tentative méfiante de renouer avec la vie, le monde, les autres.

 

Les sœurs aux yeux bleus, Marie Sizun, Arlea, 20 €
Après la mort de sa femme, Léonard Sézeneau se retrouve seul avec ses cinq enfants. Les deux garçons partiront en pension, tandis qu’il emmènera ses trois filles et Livia, leur gouvernante, dans ses pérégrinations. De Saint-Pétersbourg à Paris, en passant par La Bernerie en Retz, les trois sœurs seront sans cesse partagées entre leur amour pour ce père possessif et leur désir de liberté. Dans une France qui se transforme entre le XIXème et le XXème siècle, elles aspirent à davantage d’indépendance et de considération.

 

Personne n’a peur des gens qui sourient, Véronique Ovaldé, Flammarion, 19 €
Gloria a choisi ce jour de juin pour partir. Elle file récupérer ses filles à l’école et les embarque sans préavis pour un long voyage. Toutes trois quittent les rives de la Méditerranée en direction du Nord, la maison alsacienne dans la forêt de Kayserheim où Gloria, enfant, passait ses vacances. Pourquoi cette désertion soudaine? Quelle menace fuit-elle? Pour le savoir, il faudra revenir en arrière, dans les eaux troubles du passé. Jusqu’où peut-on protéger ses enfants?

 

Nomadland, Jessica Bruder, Globe, 22 €
Les mensonges et la folle cupidité des banquiers (autrement nommée « crise des subprimes ») les ont jetés à la rue. En 2008, ils ont perdu leur travail, leur maison, tout l’argent patiemment mis de côté pour leur retraite. Ils auraient pu rester sur place, à tourner en rond, en attendant des jours meilleurs. Ils ont préféré investir leurs derniers dollars et toute leur énergie dans l’aménagement d’un van, et les voilà partis. Ils sont devenus des migrants en étrange pays, dans leur pays lui-même, l’Amérique dont le rêve a tourné au cauchemar. .

Les petites madeleines // Vendredi 29 mars à 19h30

Ô grands gourmands de la littérature ! Pourquoi ne pas partager vos madeleines littéraires autour de la gourmandise ?
Nous vous invitons à venir nous parler d’un extrait littéraire évoquant la gourmandise pour un petit moment de partage dans la joie et la bonne humeur !
Choisissez un livre ou un passage qui, selon vous, évoque la gourmandise. Venez nous le lire, nous en parler et écouter d’autres extraits. N’hésitez pas à apporter vos sucreries et autres douceurs !
A vos gourmandises !

 

 

Gratuit, sur réservation.

 

 

Cette animation vous est proposée en partenariat avec l’Alip, l’association des librairies indépendantes des Pays de la Loire.

D’Ombres et d’étoiles // Samedi 9 mars à 19h

Capturer le temps

 

 

En mars, L’Embellie lance son café lecture dédié aux littératures de genres, D’ombres et d’étoiles ! A l’honneur de ce café lecture : romans policiers, littérature noire, science fiction ou fantasy en roman ou en bande dessinée.
Pour ce premier café lecture, voici la thématique : « Capturer le temps ». Un thème qui nous permettra de réfléchir au polar historique, au voyage dans le temps, à la façon dont les écrivains traitent le passé, le présent et le futur.

 

Rendez-vous le Samedi 9 mars à 19h.

 

 

Sur Réservation.

 

 

 

  • Dans l’ombre du brasier, d’Hervé Le Corre, Rivages, 22,50 €

La « semaine sanglante » de la Commune de Paris voit culminer la sauvagerie des affrontements entre Communards et Versaillais. Au milieu des obus et du chaos, un photographe fasciné par la souffrance des jeunes femmes prend des photos « suggestives ». La fille d »un couple disparaît un jour de marché. Une course contre la montre s’engage pour la retrouver. Hervé Le Corre narre l’odyssée tragique des Communards en y mêlant une enquête criminelle haletante.

 

 

  • Sans lendemain, de Jake Hinkson, Gallmeister, Totem, 8,40 €

Billie Dixon sillonne les coins les plus reculés du Midwest des années 1940, où elle tente de vendre des films de seconde zone aux salles de cinéma locales. Jusqu’à ce que dans un bled paumé de l’Arkansas, un prédicateur fanatique s’en prenne à elle, bien décidé à bouter hors de la ville tout ce qui ressemble à du cinéma. Mais les choses se compliquent lorsque Billie commence à se sentir attirée par l’épouse du pasteur. Un désir qui va la conduire jusqu’à l’inévitable point de non-retour.

 

  • Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol, Babel, 9,90 €

Gonzalo Gil, un avocat barcelonais, reçoit un message qui va bouleverser son existence : sa sœur Laura a mis fin à ses jours dans des circonstances dramatiques. Il apprend avec stupeur qu’elle est soupçonnée d’avoir torturé et assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’un tragique règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et du mythe d’un père héroïque, nimbé de non-dits et de silences. Une enquête qui mènera le lecteur des Goulags de l’URSS stalinienne à l’Espagne franquiste.

 

 

  • L’homme qui mit fin à l’histoire, de Ken Liu, Le Belial, Une heure de lumière, 8,90 €

Imaginez un procédé scientifique révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Sans aucune possibilité pour l’observateur d’interférer avec l’objet de son observation. Un procédé qui ouvre les portes de la connaissance, de la vérité, sur les périodes les plus obscures de l’histoire humaine. Avez-vous déjà entendu parler de l’Unité 731 ? Cette invention révolutionnaire va enfin permettre de savoir la vérité sur ce terrible secret – Quitte à mettre fin à l’Histoire…

 

 

  • Échos dans le temps, de Pierre Bordage, J’ai Lu, 6,00 €

Un homme retrouvé mal en point dans un marais est recueilli par des paysans. Leur fille aide l’inconnu à récupérer ses facultés. Atteinte par une maladie sans espoir de guérison qui la rend hypersensible, elle seule perçoit un mystérieux son lorsqu’elle est près de lui. A peine guéri, il se lance à la recherche de trois criminels qu’il poursuit dans un autre temps.

 

 

  • Chronosquad, Tome 1 : lune de miel à l’âge du bronze, Giorgio Albertini et Grégory Panaccione, Delcourt, 25,50 €

Bloch vient de recevoir l’appel de sa vie : il va enfin intégrer la mythique Chronosquad pour une mission en Égypte antique ! Une banale fugue d’adolescents d’un centre de vacances que l’expérience de ses coéquipiers, Penne et Beylogu, devrait permettre de résoudre rapidement. Mais ce qui se présentait comme une balade temporelle de santé se transforme bientôt pour Bloch en voyage initiatique…

 

 

Souvent la poésie m’emmerde // Vendredi 15 mars à 19h30

Voix et guitare électrique s’allient dans ce spectacle puissant et jubilatoire proposé par la JO COOP Cie et dédié à la poésie contemporaine. De Charles Baudelaire à Boris Vian , de Paul Verlaine à Philippe Léotard. Les compositions originales de Stéphane Le Tallec accompagne avec intensité et justesse la voix grave et sensuel du comédien Jean Quiclet. Autour d’une sélection de textes rares et classiques du répertoire poétique, ce duo vous convie à une douce rêverie , un halo poétique entêtant et dépaysant où les mots et la musique enivrent les esprits. Aucun artifice, seul l’essentiel est là.

 

Rendez-vous Vendredi 15 mars à 19h30.

Gratuit, sur réservation. 

 

 

Ce spectacle vous est présenté en partenariat avec Calibreizh, le réseau des cafés librairies de Bretagne et dans le cadre du Printemps des poètes.

Rencontre DONg ! // Jeudi 02 Mai à 19h

Venez rencontrer la rédactrice en chef de la revue DONg !, Raphaële Botte. Revue à destination des ados, DONg ! traite de l’actualité, de sujet de société, de culture, avec des articles passionnants et très bien réalisés. Venez donc rencontrer sa rédactrice en chef pour découvrir cette nouvelle revue que l’on adore à L’Embellie !

 

 

DONg ! est une revue fondée sur le reportage et le récit de vie à destination des 10-15 ans.

« DONg ! c’est la possibilité de prendre le temps de s’arrêter sur une histoire qui parle de nous et de la société qui bouge. La force de l’histoire vraie transmise avec respect attise la curiosité et suscite cette empathie dont chacun a besoin pour comprendre l’autre. DONg ! promet une exigence éditoriale, un graphisme soigné et une absence de publicité. »

 

RAPHAËLE BOTTE est journaliste en presse jeunesse, elle écrit notamment pour le journal Mon Quotidien, la revue Dada et le magazine Lire. Elle est l’auteur chez Thierry Magnier de Sidonie, c’est fini et chez Actes Sud Junior des cahiers d’activités Albums de familles et Les enfants du cinéma ainsi que du documentaire Petites et grandes histoires du rock. Elle vit et travaille à Paris.

 

 

A propos de DONg !

“Je travaille depuis plus de 15 ans dans des journaux dont le but est d’expliquer l’actualité de tous les jours aux enfants, et j’aime toujours autant leur parler du monde qui nous entoure. Avec Dong !, je rêve de donner le goût du reportage à de jeunes lecteurs car je sais qu’au fond, ils savent très bien que toute la vie ne tient pas dans un smartphone…”

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet de la revue : http://www.dong-la-revue.fr/la-revue/

 

 

 

Café lecture // Vendredi 15 février à 19h

Des livres, un thé bien chaud, et surtout des discussions passionnées autour de vos lectures ! Nous partirons sur les traces de l’enfance et de l’adolescence, en route vers l’âge adulte.
Rendez-vous vendredi 15 février à 19h.
Gratuit, sur réservation.

 

 

 

  • Le dernier fleuve, d’Hélène Frappat, Actes sud, 20€

À travers l’épopée de deux jeunes frères solitaires aux origines mystérieuses, enfants sauvages littéralement surgis du paysage, et dans les plis d’un puissant et fantasmatique fleuve de fin du monde, une variation intemporelle autour d’«Huckleberry Finn». Une fugue initiatique qui échappe à tous les genres qui l’irriguent : roman d’aventures, récit d’avant la nuit, fable écologique, parabole quasi-biblique, cauchemar fantastique… Un retour à l’innocence de la narration. L’enfance de l’art.

 

  • Âpre cœur, de Jenny Zhang, Editions Picquier, 22€

Elles ont 7 ou 9 ans à New York. Elles partagent des lits à punaises et des parents chinois qui luttent chaque jour pour les nourrir, leur payer l’école et les faire grandir dans le rêve américain. C’est leurs voix qui nous parlent, spontanées, crues, bouleversantes, elles racontent une enfance dans les marges, le racisme et la violence quotidienne, et l’amour immense des parents qui les protège et les étouffe. C’est ainsi qu’elles apprennent à sortir de l’enfance avec une audace et une soif de vivre qui éclatent à chaque page.

 

 

  • Sans Silke, de Michel Layaz, Editions Zoe, 16€

Silke, 19 ans, se retrouve préceptrice de la petite Ludivine dans une maison de maître en pleine nature. Embrasser les arbres, apprendre à voler comme les oiseaux, dormir à la belle étoile… neuf mois durant, toutes deux vivront côte à côte dans un monde onirique, en marge des parents de Ludivine, absorbés par leur relation exclusive. On retrouve dans ce texte la fascination de Layaz pour l’enfance et sa mystérieuse innocence.

 

 

  • La vie des elfes, de Muriel Barbery, Folio, 7,90€

La vie des elfes raconte l’histoire de deux fillettes aux pouvoirs surnaturels, liées par une destinée commune. Elles ne se connaissent pas, et pourtant chacune, par des biais différents, est en contact avec le monde des elfes – monde de l’art, de l’invention, du mystère, mais aussi de l’osmose avec la nature, qui procure à la vie des hommes sa profondeur et sa beauté. Maria, la petite bourguignonne, peut parler aux arbres et aux animaux, et semble semer bonheur et prospérité sur son chemin. De son côté, Clara vit à Rome afin de développer son don pour la musique, qui lui permet de lire autant les partitions que les âmes. Mais une grave menace pèse sur l’espèce humaine. Mais que peut l’innocence de l’enfance contre l’avidité des puissants ?

 

 

  • Jeu Blanc, de Richard Wagamese, 10/18, 7,50€

Cloîtré dans un centre de désintoxication, Saul Indian Horse a décidé de raconter son histoire : son enfance au coeur du Canada, rythmée par les légendes ojibwées, la récolte du riz et la pêche ; son exil à huit ans avec sa grand-mère, suite à un hiver particulièrement dur ; son adolescence, passée dans un internat où des Blancs se sont efforcés d’effacer en lui toute trace d’indianité. C’est pourtant au coeur de cet enfer que Saul trouve son salut, grâce au hockey sur glace. Mais c’est sans compter le racisme qui règne dans le Canada des années 1970, même au sein du sport national.

 

 

  • Summer, de Monica Sabolo, Le Livre de Poche, 7,40€

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer Wassner, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ?

 

La Nuit de la Lecture // Le Torticolis de la Lune

 

 

 

L’Embellie fête La Nuit de la Lecture. Pour ce bel événement, nous vous invitons, petits et grands, à venir écouter des contes au son de l’accordéon. A la nuit tombée, l’accordéon va résonné et la voix de Laura Moreau, conteuse et musicienne, va vous enchanter avec ses histoires de sorcières et de lune. Une belle rencontre pour réchauffer une longue soirée d’hiver !

 

Le torticolis de la lune est un spectacle de 45 minutes qui met en scène des contes sur la lune accompagnés de morceaux d’accordéon. Une lecture musicale qui vous donnera envie d’aller regarder le ciel avant de vous coucher, de plonger dans la nuit en ayant des points de repères comme la lune, de découvrir la bienveillance du monde nocturne et de faire de beaux rêves ! Un spectacle à destination des enfants et de leurs parents.

 

Les contes sont tirés du recueil bilingue français-anglais Le torticolis de la lune, écrit par Laura Moreau, illustré par Cathy Pupin et traduit en anglais par Danielle Moreau. Le recueil de contes sera en vente sur place.

 

Rendez-vous Samedi 19 janvier à 18h30.

Gratuit, sur réservation.

 

 

Café-lecture // Vendredi 14 décembre à 19h

Appartenir à la terre

 

 

Des livres, un thé bien chaud, et surtout des discussions passionnées autour de vos lectures ! Nous vous donnons rendez-vous autour d’un thème : “Appartenir à la terre”. Ce thème interroge notre rapport à l’écologie et à la planète terre mais également à l’appartenance culturelle ou familial à un territoire.
Rendez-vous vendredi 14 décembre à 19h.
Gratuit, sur réservation.

 

 

  • Ecotopia, d’Ernest Callenbach, Éditions Rue de l’échiquier, 19€
    Trois États de la côte ouest des États-Unis décident de faire sécession et de construire, dans un isolement total, une société écologique radicale baptisée Écotopia. Vingt ans après, l’heure est à la reprise des liaisons diplomatiques entre les deux pays. Écotopia ouvre ses frontières à un journaliste américain. Au fil de ses articles envoyés au Times-Post , William Weston décrit tous les aspects de la société écotopienne. Quant à son journal intime, il révèle le parcours initiatique qui est le sien ; d’abord sceptique, voire cynique, William Weston vit une profonde transformation intérieure.

 

  • Les Jours de silence, de Phillip Lewis, Belfond, 22€
    Henry Aster s’était fait une promesse : ne jamais remettre les pieds à Old Buckram, son village natal perdu dans la vallée des Barrowfields, lui, l’amoureux des livres, l’apprenti écrivain. Pourtant, ses pas le reconduisent inexplicablement vers le foyer familial et vers sa mère vieillissante… Pour installer sa famille, Henry jette son dévolu sur une demeure fascinante, toute de verre et d’acier, que l’on prétend affligée d’une terrible malédiction, où il semble trouver le lieu rêver pour écrire le grand roman de sa vie. Mais le jour où sa mère disparaît, Henry plonge dans un puits sans fond de chagrin. Déstabilisé devant la figure paternelle ébranlée, Henry Junior, son fils, se met en quête de tous les stratagèmes possibles pour réveiller l’âme révolutionnaire de son père, prisonnier de la demeure familial.

 

  • Dans la forêt, de Jean Hegland, Éditions Gallmeister, 9,90€
    Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au coeur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses.

 

  • La Vallée seule, d’André Bucher, Le mot et le reste, 8,90€
    Tout commence aux premières heures de l’hiver, quand la vallée revêt son manteau de neige, cristallisant les formes, les sons et la vie elle-même. Ici, rien ne se décide sans l’accord tacite de la Nature qui impose, non sans magie, ses règles et ses caprices. Dans ce décor, des histoires et des vies se font et se défont au rythme des saisons. Tous les personnages sont intimement liés au milieu qui les entoure, comme au vieux cerf, animal mythique symbolisant la relation que chacun entretient avec la vallée.

 

  • Avant que naisse la forêt, de Jerôme Chantreau, Pocket, 6,95€
    Elle vivait là. Seule. Au milieu des bois. Libre ou prisonnière ? Sa mère. Sa mère dont les cendres reposent désormais dans une urne, entre ses mains. Mais Albert ne peut se résoudre à partir. Reprendre sa vie parisienne, loin de cette maison, de cette forêt, de la Mayenne où il prend ses racines. Les voix du passé l’obsèdent et l’ensauvagent.

 

  • Sanderling, Anne Delaflotte Mehdevi, Gaïa Éditions, 12€
    En voyage dans les étendues du Grand Nord, Landry s’attarde. Ses collègues paysans sont déjà rentrés et ont repris le rythme des cultures. À part la terre, rien n’attend Landry au pays. Et la terre, qu’attend-elle de lui ? Lorsqu’il rentre au bercail, c’est avec des envies de changement. Mais un nuage de cendres s’épaissit dans le ciel, annonciateur de bouleversements bien plus grands, pour l’homme comme pour le sanderling, un oiseau migrateur que Landry guette comme on espère le retour des saisons.