Archives de catégorie : A venir

Rencontre avec Annaïg // Dimanche 27 Mai à 11h

 

 

Pour la Quinzaine des éditeurs, nous vous proposons de venir rencontrer Annaïg, co-autrice de la bande dessinée Féministes, publiée chez Vide cocagne, éditeur nantais. Elle présentera ce travail collectif composé de récits militants et engagés pour la cause des femmes.

 

Cet ouvrage ne se veut pas exhaustif mais ouvert ; son objectif est de faire débat, d’ouvrir les yeux, de poser des questions. Une belle pierre ajoutée à l’édifice de la lutte pour l’égalité hommes/femmes.

 

Rendez-vous à l’heure du brunch, à 11h, le Dimanche 27 mai. 

 

 

Vide Cocagne est une maison d’édition de bandes dessinées fondée en 2003. La ligne éditoriale se veut très ouverte, avec un goût fort pour la narration et le graphisme original. Le catalogue se partage entre les histoires militantes, les récits humoristiques, les chroniques intimes, et, depuis peu, une collection dédiée à la jeunesse. Installée à Nantes, Vide Cocagne est à l’origine du festival Fumetti et de la Maison Fumetti. 

Rencontre avec Anne Delaflotte Mehdevi // Vendredi 1er juin à 19h30

 

 

L’Embellie et les éditions Gaïa vous invitent à une rencontre avec Anne Delaflotte Mehdevi, romancière aux multiples talents. Dans ses romans, Anne Delaflotte Mehdevi s’intéresse à l’histoire des livres et du théâtre, mais aussi à la recherche d’un chez soi, le tout porté par des personnages attachants.

 

Dans son dernier roman, Le Théâtre de Slávek, elle nous emporte dans les ruelles de Prague au XVIIIe siècle pour suivre le destin hors du commun d’un de ses habitants.

 

Une rencontre à ne pas manquer !

 

 

« Prague. La rumeur monte jusqu’aux fenêtres d’un vieil homme malade qui se souvient. Tout jeune garçon, Slávek perd l’usage de ses jambes, renversé par la calèche du comte Sporck. Celui-ci ne fuira pas sa responsabilité, prenant en charge l’éducation du jeune homme. Slávek traverse le XVIIIe siècle dans une Prague soumise aux épidémies, aux guerres, mais où le théâtre s’épanouit. Il s’y verra confier l’éclairage des spectacles et opéras. Discret séducteur, sensible aux arts et notamment à la sculpture et la musique, Slávek tourne le dos à l’obscurantisme, et trouve sa place en maître des lumières ».

 

 

 

 

 

 

 

Café-lecture // Vendredi 15 Juin à 19h

 

 

Les femmes battantes

 

Des livres, un thé bien chaud, et surtout des discussions passionnées autour de vos lectures ! Pour le prochain café-lecture, nous vous avons concocter une sélection de romans avec des personnages féminins qui n’ont pas froid aux yeux et qui se battent pour obtenir ce qu’elles veulent malgré les difficultés.

 
Rendez-vous vendredi 15 juin à 19h.

 

 

  • La Pâtissière de Long Island, Sylvia Lott, J’ai lu, 8€

Pour l’empêcher de fréquenter l’homme qu’elle aime, le père de Marie décide de l’envoyer aussi loin que possible de leur petit village de Frise orientale : à New York, chez ses deux frères. Avec pour seuls bagages son cœur brisé et la recette secrète de son gâteau au fromage blanc, elle débarque à Brooklyn en ce froid mois de novembre 1932, à la fois fascinée et terrifiée par ce qui l’entoure. Elle est bien loin de se douter de l’incroyable destin que lui réserve le Nouveau Monde.

 

 

  • Les Milles Talents d’Eurídice Gusmão, Martha Bathalha, Le Livre de poche, 7,30€

Eurídice et sa soeur Guida sont nées dans un quartier populaire de Rio de Janeiro dans les années 1920. Quand vient le temps de se marier, Eurídice épouse un garçon rencontré lors d’un bal. Débordante d’énergie, d’ambition et d’idées, elle comprend rapidement que son mari, un employé de banque, ne peut accepter, tout comme sa famille, qu’elle sorte du rang. Un roman optimiste où les femmes, opprimées par les hommes et l’ordre social établi, sont aussi des rebelles incontrôlables et terriblement attachantes.

 

 

  • La Légende de Loosewood Island, Alexi Zentner, Le Livre de poche, 7,90€

Selon la légende de Loosewood Island, à quelques miles des côtes du Maine, Brumfitt Kings, venu d’Écosse au XVIIIe siècle pour pêcher la morue et le homard, aurait reçu son épouse en cadeau de l’océan… Deux cents ans plus tard, la rudesse de la vie insulaire ne laisse guère de répit à la jeune Cordelia. Première femme à défier la mer à bord de son homardier, livrée aux rivalités familiales et aux menaces de contrebandiers, l’héritière des Kings doit assurer l’avenir de sa communauté.

 

 

  • Une Longue Impatience, Gaëlle Josse, Noir sur Blanc, coll. Notab/lia, 14€

Une femme perd son mari, pêcheur, en mer, elle se remarie avec le pharmacien du village. Son fils, issu de sa première union, a du mal à s’intégrer dans cette nouvelle famille et finit par lui aussi prendre la mer. Commence alors pour la narratrice une longue attente qu’elle tentera, tant bien que mal, de combler par l’imagination du grand banquet qu’elle préparera pour son fils à son retour. Encore une fois, par son écriture sensible et sans faille, Gaëlle Josse nous entraîne dans les méandres de l’amour.

 

 

  • La Vie parfaite, Silvia Avallone, Liana Levi, 22€

Adele vient d’avoir 18 ans et part accoucher, seule. Parce qu’elle veut donner à son enfant la chance d’une vie meilleure, Adele est sur le point de l’abandonner. Dans son grand appartement du centre-ville, Dora, elle, n’est pas seule. Mais après des années de FIV ratées, son désir de maternité s’est transformé en obsession et mine son mariage. Entre ces deux femmes au seuil de choix cruciaux, il y a Zeno : le voisin d’Adele qui tous les soirs l’espionne depuis son balcon ; l’élève appliqué de Dora, qui connaît les frontières invisibles qui séparent la ville et les êtres. Et tous au fond cherchent la même chose.

 

 

  • Dans les pas de Bárbara Dávalo, Mélanie Sadler, Flammarion, 17€

Buenos Aires, 1910. Cette année-là, Bárbara était à la croisée de deux mondes. Elle quittait l’enfance en même temps qu’elle se refusait à devenir la jeune femme effacée et bientôt mariée dont son influente famille rêvait. Bárbara ressemblait alors à Buenos Aires, cette ville en mal d’identité. C’est dans les «conventillos», les quartiers miséreux de la ville où s’entassent des milliers de travailleurs immigrés, qu’elle élargira le périmètre de son enfance, découvrira le tango et ce que veut dire désirer un homme. Dans ce milieu qui broie ceux qui se dévoient, elle apprendra ce que coûte la liberté.