Archives de catégorie : Romans/polars

Le ciel par-dessus le toit // littérature française

Ce soir, Loup dormira en prison. Parce qu’il a 14 ans, qu’il a pris la voiture, qu’il a eu un accident. Parce qu’il voulait voir sa sœur. Chacune de leur côté, mère et fille, brouillées depuis des années, se remémorent leur histoire familiale. Pourquoi on en est là ? Pourquoi un garçon gentil et sans histoire dort en prison ce soir ? Une écriture lumineuse.  Un roman qui dit la violence par la douceur et la poésie. Magnifique.

 

Le ciel par-dessus le toit, Nathacha Appanah, Gallimard, 14€

Les Furtifs // Science-fiction française

Lorca et Sahar, deux rebelles qui luttent contre une société hypercapitalisée, voient leur couple imploser suite à la disparition de leur fille. Lorca est persuadé que celle-ci est partie avec les furtifs, des êtres quasi-mythologiques. Il devra faire face à ses limites, pour appréhender la puissance de vie de ces êtres insaisissables et ainsi tenter de renouer avec sa fille. Ce livre invente un présent en même temps qu’un futur, met de la force au cœur pour changer la trajectoire du monde, pour que demain demeure. Un livre iridescent profondément merveilleux et plein d’une joyeuse révolte.
Les Furtifs, Alain Damasio, La Volte, 25 €

L’Attaque du Calcutta-Darjeeling // Polar anglais

Un excellent polar historique sur fond de politique coloniale. Le capitaine Wyndham, tout juste arrivé à Calcutta, se voit confier une enquête autour du meurtre d’un bureaucrate anglais. Mais cette affaire est bien plus complexe qu’il n’y paraît : corruption, terrorisme, racisme… un mélange détonnant ! Le capitaine est accompagné par deux collègues que tout oppose : Digby, un flic blanc, anglais, arrogant, raciste, manipulateur, à la conclusion hâtive ; et Banerjee, un jeune indien, prodige de la police, dont la finesse d’esprit et l’efficacité redoutable seront les meilleurs atouts de Wyndham. Ces personnages dansent sur une musique endiablée, au son des heurts entre autorités et indépendantistes et de la pluie de la mousson. L’Attaque du Calcutta-Darjeeling nous emporte dans le passé de l’Inde coloniale, à l’atmosphère poisseuse et aux relents d’opium.

L’Attaque du Calcutta-Darjeeling, Abir Mukherjee, Liana Levi, trad. de l’anglais par Fanchita Gonzalez Battle, 21€

Ceux qui partent // Littérature française

Un roman beau et doux qui nous raconte la trajectoire de personnages qui se réinventent, qui bousculent leur vie et le monde en se projetant vers un nouveau territoire. Un roman sur la transmission , les racines, la liberté, le désir. Jeanne Benameur frappe au cœur, comme toujours, et nous donne l’envie de bousculer nos lignes de conscience et celles de nos territoires géographiques et intimes. Un grand roman !

Ceux qui partent, Jeanne Benameur, Actes sud, 21€

La Mer à l’envers // littérature française

Rose, en croisière avec ses enfants sur la Méditerranée, rencontre un jeune migrant Younès, à qui elle va confier le téléphone portable de son fils. Elle tracera ainsi la trajectoire européenne de cet adolescent, jusqu’à son appel à l’aide. « La Mer à l’envers »  ce n’est pas qu’une histoire de migration. C’est aussi l’histoire d’une rencontre et du bouleversement intérieur que cette rencontre provoque. Rose, le personnage principal, n’est pas une héroïne. C’est une femme qui doute et qui désire, qui tente d’allier sa vie personnelle à son besoin de guérir et d’accueillir. Elle est vivante et magnifique dans sa banalité. Avec toute la douceur de son style, Marie Darrieussecq enrobe ses personnages d’une douceur intime et d’une bienveillance étonnante. Bouleversant !

La Mer à l’envers, de Marie Darrieussecq, P.O.L, 18,50€

A crier dans les ruines // Littérature française

Enfants, Léna et Ivan étaient inséparables. Jusqu’à « l’accident » de la centrale nucléaire. Léna part, Ivan reste. Et il reste une vie à écrire malgré  le deuil d’un chez soi, d’un amour, d’une langue. Pour ce premier roman, Alexandra Koszelyk arpente les chemins de la construction de soi malgré l’exil, avec beaucoup de sensibilité. Elle nous livre un merveilleux roman d’amour et de perte. Une nouvelle voix à découvrir absolument !

A crier dans les ruines, d’Alexandra Koszelyk, Aux Forges de Vulcain, 19€

Un Monde sans rivage // littérature française

COUP DE FOUDRE ! Hélène Gaudy nous raconte les préparatifs et l’aventure d’une expédition, celle de trois suédois qui partirent en ballon pour rejoindre le pôle nord. Ce livre est d’une sensibilité extrême. Les interrogations des explorateurs font échos à nos propres désirs, à nos espoirs que l’on porte haute, jusqu’à l’épuisement. Avec un style magnifique, Hélène Gaudy a su décrire les paysages humains et sauvages, réels ou imaginaires. Un roman d’exploration qui « explore » un territoire, une intimité, des corps, des voies et des mystères. Un très très grand roman !

Un Monde sans rivage, d’Hélène Gaudy, Actes sud, 21€

Girl // Littérature irlandaise

Un roman extrêmement dur, violent, à la limite du soutenable parfois. Un coup de poing, un uppercut. Un roman courageux de la part de l’autrice mais aussi de son héroïne. Edna O’Brien sait dire les douleurs d’une femme, d’une mère, baffouée, reniée, meurtrie dans sa chair comme dans son esprit. Mais qui, malgré tout, malgré l’horreur, vit.

Girl, Edna O’Brien, Sabine Wespieser, trad. Aude de Saint Loup, 21€

Sale Gosse // Littérature française

Mathieu Palain, avec une écriture juste et efficace, nous plonge dans un univers que nous ne connaissons qu’avec le détachement digne des JT. Il réintègre toute la compassion , l’humanité nécessaire au cœur d’un milieu qui ne se résume pas qu’aux chiffres de la délinquance. Un beau premier roman et une nouvelle plume à suivre !

Sale Gosse, Mathieu Palain, L’Iconoclaste, 18€

La Vie en chantier // Littérature américaine

L’un des plus beaux romans de la rentrée littéraire 2019 ! Marnie et Taz avaient tout pour être heureux. Mais Marnie meurt en mettant au monde leur fille, Midge. Alors reste une question : comment vivre ? Comment survivre ? Petit à petit les personnages entrent dans la vie de Taz et Midge pour leur « filer un coup de main ». La vie est un chantier, toujours, elle se construit petit à petit, et ce roman montre que l’on est jamais seul pour surmonter les pires moments. Un roman dans lequel on se love, qui nous enrobe de sa bienveillance, Un roman qui rend heureux !

La vie en chantier, Pete Fromm, Gallmeister, trad. Juliane Nivelt, 23,60€