Archives de catégorie : Romans/polars

Sans Silke // Littérature française

Elle avait 19 ans quand Silke est arrivée à « La Favorite » pour s’occuper de Ludivine, 9 ans. Une fillette un peu maussade, qui cherche l’admiration dans le regard de ses parents, quand eux ne vivent que par l’amour qu’ils se portent l’un à l’autre, incapables de laisser une place à leur enfant. Silke créera autour de Ludivine un monde rêvé, où embrasser les arbes, dessiner des animaux fabuleux, dormir à la belle étoile sont autant de petits bonheurs qui lui redonnent le sourire. Un très beau roman qui souligne les failles familiales, à la fois empli d’amertume et de solitude et de joie et petits plaisirs.

« Sans Silke », Michel Layaz, Editions Zoé, 16€

Par-delà la pluie // Roman noir

Victor del Arbol passe du polar au roman noir en plongeant au plus profond de l’âme humaine et de ses tourments. Un grand roman entre le Maroc, l’Espagne et la Suède, des personnages en quête de sens, qui ont en commun des cicatrices d’enfance encore brûlantes. Des individus qui malgré la vieillesse, la maladie, la violence ou la prostitution ont la rage de vivre.

Par-delà la pluie, Victor del Arbol, Actes sud, 23 €

La maîtresse de Carlos Gardel // littérature hispanique

Micaela vit à Porto Rico dans les années 30. Petite-fille de guérisseuse, élève infirmière, elle est passionnée de botanique et se rêve médecin. Elle évoque sa courte relation avec le maître du tango, Carlos Gardel, qui la fera quitter les bas-fonds de l’île pour une parenthèse de passion et de luxe.

Un superbe roman, mêlant tradition et modernité, art et science, misère et célébrité pour nous offrir un très beau destin de femme.

 

La maîtresse de Carlos Gardel, Mayra Santos-Febres, Zulma, 22.50€

Manifesto // Littérature française

Manifesto valse avec la mort. Et la mort valse avec l’art. Leonor de Recondo raconte les derniers instants de son père, s’essoufflant petit à petit après une longue maladie. Ce texte est d’une grande beauté. Il s’en dégage une tendresse émouvante, une volonté de voir la vie comme elle est, de rendre compte d’une vie, moments après moments, comme les souvenirs remontent à la surface de la mémoire. Il y a une certaine lucidité face à la vie qui s’échappe. C’est, incontestablement, un livre d’amour qu’offre à lire Leonor de Recondo, amour qui est le prolongement d’une vie.

Manifesto, Leonor de Recondo, Sabine Wespieser, 18€

Sans lendemain // Polar

Sans lendemain est une histoire de désirs et d’interdits. Jake Hinkson signe un roman noir où le désir se heurte à la morale et à la loi. Il brosse un portrait cruel de l’Arkansas des années 50-60 dans lequel les femmes sont bridées, reléguées aux seconds rôles. On s’accroche à ce récit. On suit l’héroïne avec suspens. Et on se laisse aller, comme elle, aux événements qui semblent inéluctables.

Sans lendemainJake Hinkson, Gallmeister, 8,40€

Chine, retiens ton souffle // polar

Qiu Xialong nous transporte dans Shangaï, ravagé par l’argent et la corruption, mais surtout par le smog, ce brouillard rempli de particules fines qui empoisonne la population. Avec une enquête qui mêle le drame familial et les malversations politiques, Qiu Xialong manifeste encore son militantisme. Il poursuit sa croisade littéraire contre la corruption du gouvernement chinois, dénonçant encore l’hypocrisie et la chape de plomb qui entoure le problème de la pollution atmosphérique en Chine.

Chine, retiens ton souffle, Qiu Xiaolong, Liana Levi, 19€

Kallocaïne // Science-fiction

Vous ne connaissez pas encore la Kallocaïne ? Alors n’hésitez plus pour découvrir Karin Boye, la mère de la dystopie et son roman majeur qui inspira 1984 à Georges Orwell. Dans un monde totalitaire, où la police est omniprésente, où la vie de famille est sous surveillance 24h sur 24h, le jeune chimiste Léo Kall met au point le dernier outil de pression : un sérum de vérité. Mais pourra-t-il assumer sa découverte ?

KallocaÏne, Karin Boye, Hélios, 10,90€

La nuit des béguines // Littérature française, poche

Qui sont ces femmes qui osent être libres ? Ce sont les béguines, ces femmes qui vivaient indépendantes au Moyen-âge. Elles choisissaient une vie communautaire au seins des murs du béguinage ou vivaient dans la ville dans leurs propres maisons. Elles travaillaient, se soutenaient mutuellement et refusaient la tutelle masculine. Mais elles effraient, ces femmes libres-penseuses. Il est temps d’y mettre fin !

La nuit des béguines, Aline Kiner, Liana Levi, 11€

Les bracassées // littérature française

Harmonie est atteinte du syndrome Gilles de La Tourette, son quotidien est rythmé par des gestes et paroles brusques et incontrôlables. Mais elle veut croire qu’elle a une place dans cette société qui la rejette. Elle va rencontrer Fleur, qui s’est exclue elle-même du monde : obèse et phobique sociale, tout l’angoisse. Les premiers pas seront fragiles, mais elles vont apprendre à se connaître, à s’accepter. Un roman à la fois drôle et touchant, une foule de personnages étonnants, une invitation à la tolérance.

Les bracassées, Marie-Sabine Roger, Le Rouergue, 20€

L’hiver du mécontentement // littérature française

Durant l’hiver 1978-1979, l’Angleterre est paralysée par les grèves, le peuple gronde, il veut du travail, des salaires décents. Candice est livreuse à vélo, et passe son temps libre au théâtre, où elle se prépare à jouer « Richard III ». Elle se pose en observatrice du désordre politique et social qui touche son pays, le met en parallèle avec la pièce de Shakespeare et nous livre une belle réflexion sur la conquête du pouvoir. Au même moment, une femme du nom de Margaret Thatcher fait son entrée dans la vie politique.

L’hiver du mécontentement, Thomas B. Reverdy, Flammarion, 18€