Archives de catégorie : Littérature

Kim Jiyoung, née en 1982 // Littérature coréenne

Dans ce roman, presque documentaire, Cho Nam-joo nous emmène sur les traces de Kim Jiyoung, une jeune coréenne née dans les années 80. Kim Jiyoung cherche l’émancipation dès ses années d’école, mais se heurte aux carcans sociaux et à la tradition patriarcale. L’autrice nous montre les changements qui ont lieu au fil du temps, convoquant le vécu de la mère et de la grand-mère de Kim Jiyoung. Elle nous fait vivre à travers ce personnage la lutte constante de la femme coréenne dans tous les domaines : les études, la vie familiale et professionnelle, dans la vie amoureuse aussi. Et comment cette lutte épuise. Un roman très intéressant !

Kim Jiyoung, née en 1982, Cho Nam-Joo, NIL, 18.50€

Le Plongeur // Littérature canadienne

Le narrateur, Stéphane, est un jeune homme tout juste sorti du giron familial. Il entame des études de graphisme à Montréal. Pour payer ses études et son logement, il a travaillé dur tout l’été. Mais arrivé à la capitale, il découvre pour son plus grand malheur les machines à sous, les loteries vidéo. Et tout son argent y passe. Les galères s’enchaînent alors. Il trouve un petit boulot à La Trattoria un restaurant qui pourrait être sa rédemption mais aussi sa déchéance. Portrait d’une jeunesse qui brûle la vie par tous les bouts, Le Plongeur nous fait entrer par la porte de derrière dans le monde de la restauration : des shifts qui s’enchaînent sans se ressembler, des coups de gueule et des amitiés qui se nouent dans les verres de bières de fin de service, le tout au son de Megadeth et d’Iron Maiden !

Le Plongeur, Stéphane Larue, Points, 8.30€

Les Lumières de Tel-Aviv // Littérature française

Tel-Aviv, dans un futur proche. Les ultrareligieux se sont emparés de Jérusalem. Derrière le mur-frontière, Tel Aviv résiste. La communauté qui y vit tente de construire le dernier bastion du monde à prôner le respect de tous, des croyances, des genres, des cultures. Car tous les pays du monde entier ce sont recroquevillés sur eux mêmes. Mais le Grand Jérusalem menace. Allié à la Russie, le gouvernement active des robots tueurs sur la frontière pour dissuader les hommes et les femmes de passer le mur qui les mènerait vers la débauche et l’insoumission. Dans ce roman choral, nous suivons des personnages qui résistent, qui s’interrogent sur le bien fondé de leurs croyances, qui remettent en question leurs savoirs, leurs habitudes. Pleins d’espoirs, ils tentent de se rejoindre enfin. Ce roman est aussi un magnifique roman d’amour, où l’amour des femmes et des hommes est bien plus fort qu’un mur, où l’amitié survit à tout et prouve sa puissance face à l’adversité dictatoriale avec pour arme la liberté et la solidarité. Alexandra Schwartzbrod place son roman dans un futur proche qui n’est pas sans rappeler aujourd’hui et propose Tel-Aviv comme bastion de résistance au monde redonnant au Moyen-Orient une image humaine et solidaire. Un excellent roman !

Les Lumières de Tel-Aviv, Alexandra Schwartzbrod, Rivages, 20 €

Les Guérillières // Littérature française

Dans ce roman de Monique Wittig, on plonge dans les abîmes de la langue et du sens. En de courts paragraphes, les sens s’accumulent, s’échangent, s’annulent pour dire la révolte d’une communauté, celle des femmes. Elles s’interrogent et s’adonnent à leur corps, dans un sabbat de sorcières qui se désenvoûtent des carcans sociaux, cherchant l’autonomisation. Elles cherchent, à l’image de l’autrice, la destruction des mythes anciens et de la langue qui les emprisonnent. Initialement publié en 1969, cette réédition de ce texte vient à point nommé dans temps où les interrogations et les combats que ce texte soulève resurgissent avec force. Laissez-vous envoûter !

Les Guérillères, Monique Wittig, Editions de mlinuit, 9€

La Possibilité du jour // Littérature française

En 1947, Aurore Félix se laisse aller à la joie de la liberté retrouvée. Elle tombe amoureuse d’un jeune américain. Elle doit rejoindre cet époux promis, là-bas, de l’autre côté de l’océan. Arrivée à Hudson, point d’amoureux. Déjà reparti à la guerre, le jeune américain laisse le soin à sa mère de s’occuper de cette jeune française déboussolée, trahie. Pour Aurore, il est hors de question de revenir à Nice. Elle décide de d’écrire son destin, et il sera américain. Des premiers boulots à la vie de mère célibataire, Aurore trace sa route avec une force de caractère digne des plus grandes héroïnes, malgré sa naïveté parfois, et son besoin d’être aimée qui la plonge chaque fois dans les affres de la soumission. Chaloupe chancelante, Aurore survit accusant les coups du destin, se relevant toujours. Un beau roman sur le destin d’une femme qui se découvrira entre les abandons et les déceptions, qui découvrira la force de la sororité mais aussi celle du patriarcat.

La Possibilité du jour, Emilie Houssa, Editions de l’observatoire, 20€

Nos espérances // Littérature anglaise

Hannah, Cate et Lissa sont inséparables. Dans le Londres des années 90, elles profitent de leur jeunesse et rêvent leur avenir. Pourtant une dizaine d’année plus tard, les rêves ont laissé place à une réalité plus dure, les déceptions et la jalousie ont entamé leur amitié. L’une n’arrive pas à avoir d’enfant, l’autre ne se sent pas à sa place dans son nouveau rôle de mère, et la troisième a du mal à boucler les fins de mois tant sa carrière d’actrice piétine. Trois femmes, trois héroïnes d’aujourd’hui en quête d’identité et de sens. Un superbe roman sur la construction de soi et la force de l’amitié, avec ses failles et sa sincérité.

Nos Espérances , Anna Hope, Gallimard, 22€

A mains nues // Littérature française

Amandine Dhée met au cœur e son nouveau livre le désir féminin. Elle chante la redéfinition des frontières de ce désir, des contours de la sexualité et de la famille, valorisant l’imagination, l’exploration des possibles mais surtout l’acceptation de soi avec joie, humour et engagement. Une lecture libératrice !

« Jouir est une si belle façon de désobéir. »

A mains nues, Amandine Dhée, La Contre Allée, 16€

Variations d’un cœur // Littérature indienne

Une femme, neuf hommes qui l’ont aimé ou qu’elle a aimé au long de sa vie. Tour à tour ils prendront la parole pour la raconter, retracer ce qu’ils ont connu d’elle, d’elle avec eux, en s’adressant à elle dans un « Tu » qui souligne leur affection. A travers leurs voix, c’est le portrait de cette femme qui se dessine, une fillette rebelle, une jeune fille indomptable et libre, mais fragile. Le charme de ce roman, c’est sa construction, poétique et émouvante. Comment les histoires d’amour se suivent et ne se ressemblent pas.

Variations d’un cœur, Janice Pariat, Pavillons poche, 8€

Il est juste que les forts soient frappés // Littérature Française

Une claque ! Ce premier roman de Thibault Bérard est une petite merveille d’émotion. Sarah, une jeune femme rebelle, écorchée vive, rencontre Théo. C’est le coup de foudre. Petit à petit, elle bannie dans un coin de sa tête sa noirceur et gravit les échelons de la vie de couple. Elle s’amuse de sa propre niaiserie et de ce nouveau côté fleur bleue qu’elle ne se connaissait pas. Lorsqu’elle tombe enceinte, Théo et elle se projettent dans leur nouvelle vie de famille. Mais, pendant cette grossesse, les médecins lui diagnostiquent un cancer très avancé. Ils décident de se battre. Ce roman nous parle d’amour, de courage, de maladie, mais aussi de vie, de rire et de gaité. Malgré le sujet particulièrement grave, Thibault Bérard a su faire de cette histoire un roman lumineux, solaire, plein d’humour et de force. L’un des romans qui m’aura le plus fait pleurer mais dont on ressort plus fort !

Ils est juste que les forts soient frappés, Thibault Bérard, Editions de l’Observatoire, 20€

Les Mafieuses // Littérature française

Les femmes prennent les rênes ! Avant de tomber dans le coma, le mafieux Leone Acampora a lancé un chasseur de tête contre sa femme. Mais c’est sans compter sur la force et la détermination des filles de la famille Acampora. Un roman mafieux au féminin qui ne manque ni d’humour, ni de rebondissements. Pascale Dietrich dépoussière le milieu machiste de la mafia sudiste. Magouilles, narcotrafic et code d’honneur : Les Mafieuses donnent un grand coup de pied dans les préjugés !

Les Mafieuses, Pascale Dietrich, Le Livre de Poche, 7.10€