Archives de catégorie : Littérature

Crazy Brave // Littérature amérindienne poche

Joy a subi le sort de beaucoup de jeunes amérindiennes. Coupée de ses racines dès le plus jeune âge, ballottée par des parents en mal de repères, violemment bercée dans les vapeurs d’alcool, elle se construit sur les ruines d’un monde qui fait partie d’elle, de sa chair comme de son esprit. Le roman de vie d’une femme au courage exceptionnel qui irradie une énergie folle, une volonté de vivre qu’elle partage grâce à l’écriture. Elle nous saisie devant tant de force intérieure.Un splendide témoignage !

Crazy Brave, Joy Harjo, J’ai Lu, trad. Nelcya Delanoë et Joëlle Rostkowski, 7,40€

 

 

Liv Maria // Littérature française poche

Ce roman, c’est une levée de soleil derrière la brume. C’est avant tout un roman d’amour : amour de la famille, d’homme, de la liberté. Liv Maria incarne la liberté mais aussi les paradoxes que celle-ci génère dans nos vies. Liv Maria, jeune femme indépendante, sera tour à tour amante, amoureuse, aventurière, entrepreneuse, perdue, fugitive, libre. C’est aussi l’histoire d’un secret, d’une épiphanie amoureuse qui guide toute une vie.  Dans un style fluide, Julia Kerninon dessine le portrait d’une femme étonnante et maîtrise sans conteste l’art du retournement. Un très beau roman.

Liv Maria, Julia Kerninon, Folio, 8,20€

 

 

Betty // Littérature américaine poche

Le roman coup de poing au cœur de la rentrée littéraire. Betty, c’est l’histoire d’une fille que l’on a toujours rejeté pour son indianité. C’est l’histoire d’un père qui porte à bout de bras et de rêves sa famille meurtrie, fracturée. C’est l’histoire de femmes qu’on écrabouille et qui se déconstruisent sur la ruine de leur être. Une lecture frénétique. Un roman inoubliable, d’une puissance inégalable. Il n’y a pas de mots pour dire toute la splendeur d’un tel roman.

Betty, Tiffany McDaniel, Gallmeister, 13€

 

 

La Vallée des fleurs // Littérature groenlandaise

La narratrice quitte le Groenland pour étudier au Danemark. Elle laisse derrière elle son amoureuse. Mais lorsque la cousine de celle-ci se suicide comme de trop nombreux groenlandais, elle se sent rappelée par son pays d’origine. Ce roman explore intimement la relation que l’humain entretient avec sa terre natale mais aussi la relation que chacun tisse avec la notion même d’existence. Niviaq Korneliussen nous offre un récit sensible et entier dans lequel les paysages spectaculaires du Groenland résonnent avec l’intériorité de la narratrice. Parfois, à force de se chercher soi-même, on finit par se perdre. Et le gouffre se creuse entre les personnages qui ont su trouver leur place dans le monde, un but et ceux qui comprennent l’horrible vide intérieur. L’autrice continue l’exploration littéraire du Groenland, traçant une esquisse ambigu de ce territoire à la fois terre de mort et d’honnêteté, d’étouffement et d’amour. Un roman social et sensible nécessaire.

La Vallée des fleurs, Niviaq Korneliussen, La Peuplade, 21€

 

 

 

Buveurs de vent // Littérature française poche

Ils sont quatre, Mabel et ses trois frères, des personnalités très différentes, mais tous soudés face au reste du monde. Dans cette vallée au milieu de nulle part, le barrage est l’unique pourvoyeur d’emplois, dirigé par le tout puissant Joyce qui règne sur la ville. Un récit envoûtant, une langue sublime, un conte contemporain qui célèbre la nature, la puissance des liens fraternels, la révolte contre les puissants.

Buveurs de vent, Franck Bouysse, LGF, 8.20€

Sans chichi // Littérature française

Dire adieu à Chichi, c’est dire aussi adieu aux années 90, avec un peu de nostalgie. Au moment de la mort de Chirac, la narratrice travaille à L’Usine, une résidence d’artiste. Ce décès est l’occasion de retrouver avec un certain plaisir et surtout beaucoup d’autodérision tout ce qui a marqué cette décennie : des batailles de pogs au papier crépon sur les voitures lors de défilés de noces, elle nous fait revivre toute une époque. A ce deuil national, s’ajoute son propre deuil que la narratrice explore et inscrit ainsi la tendresse de la nostalgie pour le populaire, celui de notre enfance aux portes du nouveau siècle. Tendre, hilarant et diablement bien écrit, un très bon moment de lecture !

Sans chichi, Elsa Escaffre, Christian Bourgois, 17,50€

 

 

Le Lac de nulle part // Littérature américaine

Trig et Al, frère et sœur jumeaux, ont passé leur jeunesse à sillonner les lacs nord-américains en canoë avec leurs parents. Lorsque leur père les recontacte pour une dernière aventure alors qu’ils ne se sont pas vus depuis des années, la curiosité se mêle à la méfiance. Ils acceptent de le rejoindre pour une virée dans les grands lacs canadiens. Très vite, tensions, craintes de l’hiver qui approche et souvenirs d’enfance s’invitent dans leur périple. Un roman exceptionnel, impossible à lâcher avant la dernière page. Pete Fromm nous fait découvrir une nature magnifique et nous embarque dans une histoire familiale énigmatique. A lire sans tarder, blotti  au coin du feu !

Le lac de nulle part, Pete Fromm, Gallmeister, 24,60€

 

 

Au printemps on coupe les ailes des oiseaux // Littérature française

Nous retrouvons dans ce roman deux femmes, Mariam et Kaouthar, qui n’ont a priori en commun que leur origine. Pourtant, au fil des pages, nous leur découvrons la même marque indélébile : l’espoir de liberté. Pas seulement la leur, celle d’un pays tout entier. Ce livre raconte l’héritage d’une génération égyptienne après les révolutions cairotes survenues 10 ans plus tôt. L’Histoire avec un grand H s’écrit par-delà les chiffres et les faits ; Marion Guénard nous rappelle avec brio qu’elle s’écrit avant tout par des personnes, animées de sentiments, de convictions. Autant de sentiments brillamment décrits dont sont animés ces personnages qui vous feront rire, pleurer et penser.

Au printemps on coupe les ailes des oiseaux, Marion Guénard, L’Aube, 20€

 

 

Bleu Nuit // Littérature Libanaise

Nous suivons un homme agoraphobe, cloitré chez lui, isolé du reste de la société. Jusqu’à ce fameux 20 mars, date à laquelle il apprend la mort de son ex-femme. Un urgent besoin de respirer, quasi vital, le pousse à sortir dans le monde, brutalement. Notre personnage, accoutumé à la démesure, jette ses clefs dans le caniveau et s’installe autour du Père-Lachaise. L’autrice nous embarque alors dans cette histoire un peu folle dans laquelle on suit un personnage hanté par de douloureux souvenirs, tranchants et éparses comme des éclats de verre. Malgré tout, la poésie de Dima Abdallah laisse entrevoir un personnage touchant et nous offre une sublime histoire.

Bleu Nuit, Dima Abdallah, Sabine Wespieser, 20€

 

 

Sankhara // Littérature française poche

Un couple à la dérive. Une femme qui ne sait plus comment s’en sortir. Alors Hélène part pour 15 jours laissant derrière elle son mari et ses deux enfants. Une rupture pour mettre à distance un quotidien qui la grignote de l’intérieur. Une rupture pour réapprendre à regarder, sentir le monde, et se retrouver elle-même. Sa retraite dans un centre de méditation vipassana, en silence donc, changera à jamais son existence. Parallèlement, Sébastien, son compagnon, se bat avec ce quotidien qui l’épuise. Journaliste, il accueille le monde bien différemment, dans sa violence, son incompréhension. Un roman magnifique sur les rapports que l’on entretient les uns avec les autres, comment notre propre rapport au monde bouleversent nos relations. Frédérique Deghelt joue de sa plume douce et sensible pour nous confronter à nous-même et à nos amours.

Sankhara, Frédérique Deghelt, Babel, 8,90€