Café Lecture // Vendredi 6 septembre à 19h

Pour notre café-lecture de septembre, nous vous emmenons à la découverte de la maison d’édition Zulma. Avec des publications tournées vers l’ailleurs, elle nous ouvre la porte sur le monde.

 

Rendez-vous vendredi 6 septembre à 19h.

Gratuit sur réservation.

 

 

La Somme de nos folies, de Shih-Li Kow, 21,50 €

Beevi, vieille dame fantasque, hérite d’une grande demeure et adopte Mary Anne, débarquée de son orphelinat. Aidée de Mary Anne et de l’extravagante Miss Boonsidik, Beevi reconvertit la bâtisse en bed & breakfast pour touristes égarés… Le tout livré avec force commentaires par Auyong, l’ami fidèle, qui coulerait des jours paisibles s’il ne devenait l’instigateur héroïque d’une gay pride locale. La Somme de nos folies est la chronique absolument tendre, libre, drôle, profonde, incisive, d’un petit monde presque sans histoire quelque part en Malaisie, aujourd’hui.

La Maîtresse de Carlos Gardel, de Mayra Santos-Febres, 22,50 €

[Porto Rico, années trente] La célèbre guérisseuse Mano Santa est appelée au chevet de Carlos Gardel, l’icône du tango, à la veille de sa grande tournée dans les Caraïbes… Elle emmène avec elle sa petite-fille Micaela à qui elle confie Gardel. Micaela revient sur ces quelques jours qui ont déterminé son existence : Gardel restera l’amant de sa vie. Cristallisée par le coeur de vent, remède secret et puissant, la passion de Micaela pour la médecine et la botanique se déploie, entre rigueur scientifique et pratiques ancestrales. Sous l’emprise du coeur de vent, Gardel raconte : son enfance à Toulouse, ses débuts de mauvais garçon, le tango, une carrière de chanteur adulé, de Buenos Aires à Paris.

By the rivers of Babylon, de Kei Miller, 9,95 €

Augustown, quartier pauvre de Kingston. Kaia rentre de l’école. Ma Taffy, la grand- mère n’y voit plus mais elle reconnaît entre toutes l’odeur envahissante de la calamité qui se prépare. Car aujourd’hui, M. Saint-Josephs a commis l’irréparable : il a coupé les dreadlocks de Kaia – sacrilège absolu chez les rastafari. Et voilà Ma Taffy qui tremble, elle que pourtant rien n’ébranle. Alors, pour gagner du temps sur la menace qui gronde, Ma Taffy raconte à Kaia comment elle a assisté, petite fille au milieu d’une foule immense, à la véritable ascension d’Alexander Bedward, le Prêcheur volant…

Le Rouge vif de la rhubarbe, d’Audur Ava Olafsdottir, 8,95 €

Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s’allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. Singulière, arrogante et tendre, Ágústína ignore avec une dignité de chat les contingences de la vie. Mais Ágústína fomente elle aussi un grand voyage : l’ascension de la « Montagne », huit cent quarante-quatre mètres dont elle compte bien venir à bout, armée de ses béquilles, pour enfin contempler le monde, vu d’en haut…

Les Nuits de la Laitue, de Vanessa Barbara, 8,95 €

Otto et Ada partagent depuis 50 ans une maison jaune perchée sur une colline et une égale passion pour le chou-fleur à la milanaise, le ping-pong et les documentaires animaliers. Sans compter qu’Ada participe intensément à la vie du voisinage, microcosme baroque et réjouissant. Quant à Otto, lecteur passionné de romans noirs, il combat ses insomnies à grandes gorgées de tisane tout en soupçonnant qu’on lui cache quelque chose…

La Lettre à Helga, de Bergsveinn Birgisson, 8,95 €

« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible. Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur.